Catégories

Comment déclarer une location saisonnières ?

Comment déclarer une location saisonnières ?

Une bonne façon de compléter votre revenu ou de louer votre propriété à court terme, la location meublée saisonnière est associée à des règles fiscales spéciales. En effet, même si la déclaration des revenus locatifs saisonniers est similaire à celle des locations meublées à long terme, la distinction « meublée avec tourisme » apporte quelques nuances. Retour sur ces subtilités fiscales…

Quelle taxe pour la location saisonnière meublée ?

Pour rappel, veuillez noter qu’un séjour dans le cadre d’une location meublée saisonnière ne doit pas dépasser 90 jours pour le même locataire. Ils doivent être dotés des équipements de confort nécessaires pour profiter pleinement des locaux. Les efforts en matière d’équipement et de décoration amélioreront l’attrait de votre location et donc la rentabilité de votre investissement.

Lire également : Quand faire les diagnostics immobiliers obligatoires ?

Les loyers perçus dans le cadre d’une location meublée saisonnière doivent être déclarés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux, de la même manière que pour les locations meublées classiques à long terme. Selon le chiffre d’affaires vous gagnez de cette activité et la classification de votre propriété comme « tourisme meublé » ou non, vous serez soumis à des règles fiscales différentes.

La location meublée saisonnière peut-elle être exemptée ?

La réponse est oui ! Dans le cas d’une location saisonnière meublée, vous pouvez être exonéré d’impôt si vous louez une partie de votre résidence principale. Pour rappel, une résidence principale est un logement occupé au moins huit mois par an par son locataire ou propriétaire, sauf exception (raisons de santé, cas de force majeure, obligations professionnelles). Afin de ne pas payer de taxe sur la location saisonnière , il est nécessaire :

A voir aussi : Quel diagnostic obligatoire pour location ?

  • Ce revenu ne dépasse pas 760€ par an et qu’il est une location habituelle pour les personnes qui n’y choisissent pas (bed and breakfast).
  • Que les chambres louées constituent pour le locataire ou le sous-locataire meublé leur résidence principale (ou résidence temporaire s’il est un employé saisonnier) et que le prix de location est fixé dans des limites raisonnables.

La fiscalité de la location saisonnière et le régime micro BIC

Si vous n’êtes pas concerné par les cas d’exemption, vous avez le choix entre deux régimes fiscaux : le micro BIC ou le régime actuel.

Dans le cas du microBIC, vous bénéficiez d’une réduction du montant total de vos recettes, c’est-à-dire sur les loyers et les dépenses perçus dans le cadre de votre location saisonnière. Attention, cependant, parce que les règles de l’imposition saisonnière de location ne sont pas les mêmes si il s’agit d’un tourisme classé meublé ou No.

Location saisonnière classique

Si vous possédez une location meublée saisonnière, vous êtes automatiquement soumis au micro BIC tant que vos revenus locatifs ne dépassent pas 70 000€ par an. Sur ces reçus, vous bénéficiez d’une allocation forfaitaire de 50 %, ce qui signifie que seulement la moitié des loyers et dépenses perçus au cours de l’année saisit votre montant de revenu imposable. Le calcul de votre taxe variera en fonction de vos autres revenus.

Location saisonnière classée « tourisme meublé »

Si vous louez un gîte rural classé « tourisme meublé », une location classée « tourisme meublé » ou un bed and breakfast, vous bénéficiez d’une taxe sur votre location saisonnière plus avantageuse . En effet, vous tombez alors sous le régime micro BIC si vos recettes locatives ne dépassent pas 170 000€ par an.

ces revenus, vous bénéficiez d’une allocation forfaitaire de 71 %, De ce qui signifie que seulement 29 % de vos loyers et dépenses sont rétablis avec votre revenu imposable. Un avantage fiscal très sérieux donc…

Quelle est la valeur du véritable programme de location saisonnière meublée ?

Vous êtes affecté par le schéma réel si vous dépassez les plafonds fixés par le micro BIC ou si vous saisissez l’option pour bénéficier de ce régime. En effet, même si vos revenus locatifs ne dépassent pas les seuils du micro BIC, vous avez un bon intérêt à le régime actuel qui peut bénéficier d’avantages fiscaux plus avantageux.

Contrairement au micro BIC, le plan réel consiste à déduire de votre revenu annuel de location toutes les dépenses et dépenses engagées pour votre location meublée :

  • frais liés à la location et à l’entretien de logements (chauffage, électricité),
  • frais de propriété et de gestion (frais financiers, intérêts sur emprunt, réparations, taxes locales).

En location saisonnière classique :

Si vous louez une location saisonnière « classique » (qui n’est pas un gîte rural classé, ni un tourisme classé meublé, ni un bed and breakfast), vous tombez automatiquement sous le régime actuel si votre revenu locatif annuel est supérieur à 70 000€ . Si ce n’est pas le cas, vous pouvez formuler l’option à attacher au régime actuel.

Attention ! Dans ce cas, le régime actuel n’est intéressant que si vos dépenses et frais déductibles correspondent à plus de 50% de votre chiffre d’affaires réalisé en location meublée saisonnière.

Location saisonnière classée « tourisme meublé » :

A propos d’une location saisonnière classée « tourisme meublé » ou bed and breakfast, vous êtes concerné par le régime actuel si votre revenu locatif annuel dépasse 170 000€ . Cependant, si nécessaire, vous pouvez choisir d’opter pour ce régime fiscal.

Attention ! Dans ce cas, le régime actuel n’est intéressant que si les dépenses et les frais déductibles correspondent à plus de 71 % des recettes de votre location meublée saisonnière.

Pour résumer, voici les différents régimes qui s’appliquent en fonction de votre fourchette de revenus de location annuels :

Régime fiscal pour les locations saisonnières meublées
Recettes < €760 760 € — 70 000€ 70 000 € — 170 000€ 170 000€
Location saisonnière classique Pas de déclaration d’impôt/exonération fiscale Micro BIC Véritable régime
Location saisonnière « tourisme meublé » Micro BIC Véritable régime

Gardez à l’esprit que si la location meublée saisonnière entraîne systématiquement des obligations fiscales pour le bailleur, elle comporte également des obligations sociales pour ceux qui génèrent plus de 23 000 euros de revenus locatifs annuels. Nos conseillers fiscaux sont là pour vous accompagner dans la déclaration de vos revenus de location, prenez rendez-vous dès maintenant !

Articles similaires

Lire aussi x

Show Buttons
Hide Buttons