CONCERT. Mardi 27 novembre, nous somme allées voir Love Like Birds et Dark Dark Dark à l’Antipode.

Je ne sais pas si c’est le fait que je porte les chaussettes de mon ex et sois habitée par le fameux rhume du mois de novembre, ou si le froid hivernal a chamboulé mon radiateur interne, mais je suis passée ce soir par toute les températures !

La première partie de ce concert nous est offerte par Love Like Birds. La chanteuse s’appelle Elke De Mey et son bel acolyte qui joue de la contrebasse, Benne Dousselaere .

C’est dans une ambiance feutrée de folk intimiste de bonne qualité que nous entamons ce concert. Une voix claire et chaude à la fois, une mélodie envoûtante et une ambiance chamallow, voilà qui est idéal pour préparer son public à Dark Dark Dark !

Le groupe américain Dark Dark Dark entre en scène et la jolie blonde tatouée Nona Marie Invie est accompagnée de ses quatre chats de gouttière : un chevelu à la batterie, un mélancolique à l’accordéon, à la trompette et parfois au clavier, un bassiste discret et un dandy rockeur tatoué jusqu’au bout des doigts au banjo électrique et à la clarinette.
Nos cinq musiciens enchaînent les titres sous une lumière superbement adaptée et je commence à fondre sous la chaleur de la petite salle.
Les débuts au piano se font agréablement cotonneux jusqu’à ce que la musique monte en puissance sur des rythmiques batterie mêlées de jazz et de musique pop-folk. Tandis que la voix de la chanteuse se pose avec classe sur des sonorités puissantes, le reste du groupe forme un chœur détonnant qui me fait vibrer : les Dark Dark Dark m’on donné la chair de poule !

Des images me viennent en tête et je vois défiler mes émotions de la même manière que l’on médite sur sa vie lors d’un voyage en train : je passe du sourire hédoniste à la mélancolie planante, tête calée entre mon fauteuil et la vitre, observant le paysage.

Des noms comme An Pierle et Beirut me viennent en tête, mais je ne trouve pas vraiment de comparaison possible, si ce n’est Devotchka sur leur album « A mad and faithful telling » pour l’invitation au voyage émotionnel que ce groupe me procure et l’éclectisme de sa musique.
Le public en redemande, et c’est après un deuxième rappel que le groupe quittera la scène.
Seul bémol : autant j’ai apprécié ressentir la force de leur instruments en bonne et due forme, autant j’écoute plutôt ce genre de musique seule dans un bon bain moussant.
En tout cas, malgré la fraîcheur de ces deux vents de talents, Love Like Birds et Dark Dark Dark ont réussi à apaiser ma toux et mon cœur !

Texte : Eni Patate | Dessins : Djoul Patate