VIDEO. Appareils photo et caméras sont officiellement interdits au centre de rétention. Ces images « pirates » ont été filmées clandestinement par les migrants eux-mêmes.

Enquête : Centre de rétention de Rennes Saint Jacques de la Lande

L’extérieur du CRA de Rennes (Photo : Gwenn Chenebaud)

  • « Pourquoi je mérite d’être régularisé »

    Ces témoignages ont visiblement été filmés au CRA lors d’un moment de détente entre retenus, réunis dans une chambre. La vidéo a été communiquée à Rennes 1720 après la libération de son auteur. Lui et ses compagnons y expliquent par des mots simples leur ressenti de sans-papiers.

    • Visite guidée

    Ce retenu a filmé différentes pièces du CRA ainsi que des objets de son quotidien. Pendant cette visite guidée visiblement tournée « à la sauvette », on découvre pêle-mêle : la cour et sa pelouse de poche, les chambres,  que les retenus partagent à deux, les dosettes de dentifrice, la télé commune protégée par une vitre (cassée pour pouvoir changer de chaîne)… Cette dernière vidéo, datée de 2009, est disponible sur le net (en cherchant un peu) mais n’avait jamais été diffusée sur un site d’actualité à notre connaissance.

    Gardons ces images dans leur contexte : nous savons peu de choses des auteurs de ces films et de leur motivations. Les conditions de tournage sont floues. Reste le risque assumé par des sans-papiers pour envoyer un message au monde extérieur : « Ici, c’est comme une prison ». Et malgré leur qualité médiocre, ces « reportages pirates » resteront les seuls en leur genre tant que les journalistes ne seront pas admis derrière les grilles des centres de rétention.

    << 24 h au centre de rétention

    Texte : Julien Joly | Photo : Gwenn Chenebaud | Vidéos : DR

    NOTRE ENQUÊTE : Au cœur du centre de rétention