Tout le monde vous en parle, mais vous n’avez aucun idée de ce qu’est Travelling Bruxelles ? Pour vous, le cinéma belge se résume à « C’est arrivé près de chez vous » ?  Pas de panique, Rennes 1720 vous aide à raccrocher les wagons et à briller en société.

COWBOYS FRINGANTS

Chaque année, vos copains cinéphiles vous rebattent les oreilles avec Travelling. Vous avez comme l’intuition que, samedi soir, à l’apéro rue de la Soif, ça ne va pas rater : ils vont vous demander si vous y êtes allé, et vous serez bien obligé d’avouer que, cette semaine, vous avez passé vos soirées sur Minecraft. Sauf cette année. Cette année, vous sentez que vous pouvez en découdre avec le cinéma belge. On va vous aider.

 

1. Le minimum à savoir

ImageTravelling est un festival de films, organisé chaque année depuis 1990 par l’association Clair-Obscur. Il se tient à Rennes du 7 au 14 février.

Sa particularité. Les films ont tous un rapport avec la ville. L’année dernière, c’était Mexico. Cette année, Bruxelles. Les thématiques ne sont pas toujours liées à un endroit en particulier : en 1997, c’était « Banlieues », et en 1999, « Villes imaginaires ».

Ce qu’on peut y voir. Une sélection de films reflétant la diversité du cinéma belge et projetés dans différentes salles rennaises, des rétrospectives…. Ainsi qu’une cohorte d’acteurs, de réalisateurs et de spécialistes. Tous en rapport avec la Belgique, bien sûr.

 

2. Le cinéma belge ? Bien sûr que je connais.

Si on teste vos connaissances sur le sujet, bottez en touche en invoquant la difficulté de définir le cinéma belge, « définitivemement inclassable ». Citez cet article de Brussels Life  :

[Le cinéma belge] se heurte très vite aux identités et aux étiquettes communautaires. En effet, comment évoquer le septième art de notre plat pays sans s’intéresser dans un premier temps aux cinémas flamand et francophone ?

Si on vous demande de développer, inspirez-vous de cette interview d’Anne Le Henaff, directrice artistique du festival :

On ne peut pas parler véritablement d’école ou de nouvelle vague. (…) C’est vrai qu’il y a un cinéma qui est ancré dans une réalité sociale, avec les frères Dardenne en chefs de file (…) Mais ce qui départ de ça, c’est une réelle forme d’humour, qui se décline sous tous les tons. (…) Ce sont souvent des duos, des trios, on est très proches d’eux, et ils donnent à voir des émotions de par un jeu qui est très physique.

Vous voulez en rajouter une couche ? Précisez que votre style préféré est le film documentaire, pour vous véritable essence du cinéma belge, comme « Images d’Ostende », de Henri Storck (1929).

Enfin, déplorez la barrière linguistique, qui fait que les films flamands arrivent rarement sur nos écrans. Parlez du superbe « Marieke » de la flamande Sophie Schoukens, tourné en français.

Pour une révision de dernière minute : Conférence « Identités belges » par Pierre Duculot, cinéaste, journaliste et secrétaire général de Wallonie Image Production. À la suite de la projection de « Quand j’étais belge » de Luc de Heusch (15h). Samedi 11 février, 17h, Liberté / L’Étage.

 

3. Parlez de films que personne n’a encore vus

Le meilleur moyen d’avoir l’air à la page si vous n’avez pas révisé vos classiques du cinoche bruxellois : évoquez les nombreux films inédits et les avant-premières programmés à Travelling.

Rundskop (Tête de boeuf), de Michaël R. Roskam (2011).  « Nominé aux Oscars 2012 dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère. (…) Un drame, filmé tel un thriller captivant sur l’innocence perdue et l’amitié, le crime et son châtiment, les désirs conflictuels et l’impossible réparation. » (Clair-Obscur) Mardi 14 février – 20h00 – Ciné-TNB

 

4. Antisèche : les noms à connaître

Les frères Dardenne : Jean-Pierre et Luc de leurs prénoms, les deux frères sont reconnus mondialement pour leurs deux Palmes d’or  : l’une pour « Rosetta » (1999) et l’autre pour « L’Enfant » (2005). A Travelling, ils ont présenté « Le Gamin au vélo » (2011), la rencontre entre un jeune garçon abandonné par son père, et Samantha, qui tient un salon de coiffure et qui accepte de l’accueillir chez elle pendant les week-ends.

Jaco Van Dormael : Il est notamment l’auteur de « Mr. Nobody », film de science-fiction au budget le plus important du cinéma belge : 37 millions d’euros. A l’affiche, des têtes connues : Jared Leto, Diane Kruger… A Ouest-France, il déclare : « Notre meilleur distributeur, c’est le piratage ! »

Bouli Lanners : Vous l’avez sûrement vu dans « Rien à déclarer » de Dany Boon. Il jouera également dans le prochain « Astérix ». Grande figure du cinéma en Belgique, il présente « Eldorado », son second long-métrage qui a récolté de nombreux prix.

Dominique Abel et Fiona Gordon : Lui est Belge. Elle est Canadienne. ensemble, ils forment un duo de comédiens burlesques, et sont les parrains du jury de Travelling Junior.

Olivier Masset-Depasse : Son « Illégal » (2010) a remporté le prix SACD à la Quinzaine des réalisateurs. L’histoire : Tania et son fils de 13 ans sont russes et vivent clandestinement en Belgique. Un jour, Tania est arrêtée et placée dans un centre de rétention.

 

5. Les acteurs belges que vous connaissez déjà

 

Emilie Dequenne (Le Pacte des loups…)
Image

Yolande Moreau (Séraphine, Quand la mer monte…)
Cécile de France (L’Auberge espagnole, Les poupées Russes)
Benoit Poelvoorde (Près de 28 longs-métrages)
Olivier Gourmet (Récemment aperçu dans Rien à déclarer)

Sans oublier la plus grande star de cinéma d’origine belge : Jean-Claude Van Damme.

 

6.Faites des pronostics

Le festival travelling, c’est aussi trois compétitions : courts-métrages, films pour enfants (avec un jury de 8 à 10 ans) et, enfin, films réalisés grâce à un téléphone portable. Remises des prix ce week-end.

Lancez les paris : qui gagnera, entre « Le soleil chante » et « Limaçon et caricoles » ? Rude débat… Pour apaiser les esprits, proposez d’aller éponger les bières à la « véritable baraque à frites » ouverte boulevard de la Liberté. Au menu : fricadelles, croquettes… et frites, bien sûr !

 

Festival Travelling Bruxelles

Texte : Julien Joly | Photos : Gwenn Chenebaud, Clair-Obscur, CC Wikipédia