TEMOIGNAGES. Ils sont discrets, mais ils existent. Au cœur du débat sur le mariage pour tous, les chrétiens gays se sentent mal accueillis par leur Eglise. Rencontre avec deux membres de l’association de croyants LGBT David & Jonathan.

Eglise et homosexualité David et Jonathan

 

Rennes 1720 : En lisant les articles sur le mariage pour tous, on a parfois l’impression de deux camps opposés, les religieux contre les gays. Qu’en est-il réellement ?

Religion et homosexualité, l'association David et JonathanDenis Gaultier : Ce serait caricatural.

Dans le cas du mariage pour tous, les médias ont eu tendance à chercher le témoignage de curés qui y étaient farouchement opposés…

Ils ont joué sur la confrontation, plutôt que de faire l’analyse de fond sur ce que dit vraiment le texte de loi.

Alors que dans les manifestations, on rencontre des catholiques qui y sont favorables !

Religion et homosexualité, l'association David et JonathanBernard Gennevée : Côté chrétien, on vit cela difficilement. J’ai reçu le témoignage d’une lesbienne qui fréquentait une paroisse qu’elle pensait ouverte. Elle en est partie lorsque cette paroisse a affrété un car pour aller à une manifestation anti mariage pour tous.

C’est un mariage civil, pas religieux. De quoi se mêlent-ils ? Ils disent que leurs arguments ne sont pas homophobes, mais l’homophobie flambe en ce moment, et je pense que ce n’est pas étranger à ces propos.

L’association David & Jonathan

Bernard Gennevée et Denis Gaultier sont membres de l’association David & Jonathan. Fondée en 1972, « plus ancienne association LGBT de France », elle compte 500 membres au niveau national, dont 2/3 de chrétiens mais aussi des musulmans, des agnostiques…

Parmi ses buts : actions de solidarité, groupes de partage, activités spirituelles…

Avez-vous le sentiment que l’Eglise n’assume pas le fait d’avoir des homosexuels dans ses rangs ?

DG: L’Eglise dit qu’il faut accueillir les homosexuels, mais à part quelques engagements pastoraux, il n’y a quasiment rien de concret… Il y a quand même des théologiens assez tolérants. Chez les protestants, ça dépend. Les luthéro-réformés sont plus ouverts mais les points de vue varient selon les pasteurs.

BG : On a du mal à parler de sexualité de manière générale au sein de l’Eglise. L’homosexualité, c’est encore pire. Pour les catholiques, on peut vivre son homosexualité si on n’a pas de rapports charnels, si on ne s’éloigne pas du schéma classique.

« Certains prêtres ont des petits copains »

En tant que chrétiens, que ressentez-vous quand certains membres de l’Eglise tiennent des discours homophobes ?

DG : Quand j’étais jeune, je pensais que les évêques étaient des intellectuels qui savaient bien réfléchir. Puis j’en ai rencontré quelques-uns… et j’ai révisé mon jugement. En ce moment, on assiste à un raidissement intellectuel. Le cardinal Barbarin en a surpris plus d’un avec ses paroles contre le mariage pour tous, car il était considéré comme plutôt ouvert.

Je me demande également comment les familles croyantes et monoparentales reçoivent ces discours sur « la famille, c’est un papa et une maman ».

BG : Ces temps-ci, l’association le Refuge, qui prend en charge les jeunes LGBT, reçoit en un mois autant d’appels qu’en six mois. Beaucoup viennent de jeunes issus de familles croyantes.

L’Eglise prône l’amour et charité, mais ne se rend pas compte du mal qu’elle peut faire aux adolescents animés d’une certaine foi et qui se découvrent homosexuels.

Il y a pourtant des prêtres favorables au mariage pour tous…

DG : Oui, mais plus chez la génération qui a connu l’esprit Vatican II.

Vous savez, il y a régulièrement des cas de prêtres qui ont des enfants. A une époque récente, l’Eglise donnait un peu d’argent à la mère à condition qu’elle et le prêtre cessent leur relation. Et après, on vient nous dire qu’il faut que l’enfant ait « un papa et une maman », c’est un peu contradictoire !

On sait aussi que certains prêtres ont des petits copains, ils en parlent aux évêques, qui le tolèrent à condition que « ça ne se sache pas ».

« La Bible n’est pas homophobe à la base »

Que dit la Bible à propos de l’homosexualité ?

DG : J’ai lu la Bible entièrement. Elle n’est pas homophobe à la base. Il y a une phrase qu’on dit condamner clairement les rapports homosexuels, les qualifiant « d’abomination ». Je pense que le texte en hébreu renvoie plutôt à la prostitution sacrée, qui pouvait être masculine ou féminine, et qui est décrite un peu plus loin dans l’Ancien Testament.

Moi, ce qui m’importe dans la Bible, c’est l’Evangile, le témoignage de Jésus-Christ. Dans la Bible, il y a toujours une idée de dialogue.

BG : Si on prend l’histoire de Sodome et Gomorrhe, ça rien a voir avec la sodomie. C’est juste une histoire d’accueil… chez des hétérosexuels, en plus. Les homophobes se basent sur le sens primaire de la Bible. A ce moment-là, pourquoi ne lapiderait-on pas les femmes adultères ? C’est dans la Bible, ça aussi.

Qu’en pensent les membres de votre association qui sont musulmans, bouddhistes…?

DG: Je suis protestant et je connais moins bien le Coran, mais aucun verset ne condamne explicitement l’homosexualité. C’est pareil dans les enseignements de Bouddha. Cette condamnation intervient plus au niveau culturel, dans les pays où la famille est structurée de manière très traditionnelle.

Comment faites-vous connaître votre association ? On imagine que vous ne distribuez pas de dépliants dans les églises…

DG: (rires) C’est surtout par le site Internet et le bouche-à-oreille. On est en lien avec le CGLBT de Rennes, ainsi qu’avec le pasteur de Rennes et la pasteure de Saint-Malo.

BG : En ce moment, on intervient dans des établissements scolaires pour parler du mariage pour tous. Un jour, un jeune est venu nous voir, les larmes aux yeux. Un prêtre était passé le matin dans sa classe, et ce qu’il avait dit sur l’homosexualité l’avait démoli. De tels discours peuvent conduire à un mal-être, et je tiens à rappeler que le taux de suicide est élevé chez les homosexuels.

Dans ces cas-là, il faut rassurer, dire aux jeunes qu’ils ne sont pas tout seuls, qu’ils doivent être eux-mêmes et s’accepter.

DG : Notre association doit être accueillante comme le Christ l’a été. C’est le message de l’Evangile : cheminer vers Dieu, c’est aussi cheminer vers son prochain.

A vous ! Êtes-vous d’accord avec Denis Gaultier et Bernard Gennevée ? Avez-vous une interprétation différente des textes religieux ?  Un témoignage personnel à apporter ? Partagez votre avis dans les commentaires !

Propos recueillis par Julien Joly | Photo : CC Flickr Steve_lynx