INSOLITE. « Armageddon », « Rien à déclarer », « USS Alabama »… quel est le point commun entre ces films? Réponse : Ils ont tous été tournés (en partie…) en Bretagne.

Armageddon

« Cornouaille », « Bowling », et bientôt « Les Seigneurs »… de nombreux longs-métrages prennent place en Bretagne et sont donc logiquement filmés sur place.

D’autres contiennent des scènes tournées en Bretagne, même si elles ne sont pas censées s’y dérouler ! C’est notamment le cas de…

 

Armageddon (1998)

 

Qui ne se souvient pas de cette séquence dans laquelle un astéroïde rase Paris en quelques secondes ?

Si les vues aériennes montrent effectivement la capitale française (la Tour Eiffel ne laisse aucun doute), les scènes de paniques dans les rues, elles, ont été tournées à Dinan.

Les spectateurs attentifs auront reconnu la Tour de l’Horloge et la place des Cordeliers. (Source : L’Internaute)

Quand on sait ce que coûte un tournage à Paris, on comprend le choix des réalisateurs ! A moins qu’à l’échelle des USA, Dinan ne soit considérée comme faisant partie de la banlieue parisienne ?

 

 

L’Homme au Masque de Fer (1998)

 

Bien que censé se dérouler en grande partie à Paris, ce film offre un bref aperçu du Château du Taureau, à Morlaix.

Celui-ci figure la prison de l’île Sainte-Marguerite (Alpes-Maritimes), dans laquelle était enfermé le Masque de Fer historique.

Dans le film, Athos, Portos et Aramis s’y rendent pour délivrer Philippe, le frère jumeau caché de Louis XIV.

Pour la petite histoire, le Château du Taureau a bel et bien servi de prison… mais seulement à partir de 1721, bien après les événements du film.

Le véritable Masque de fer n’y a jamais mis les pieds… et pour cause : il est mort en 1703.

 

USS Alabama (1995)

 

Un film de sous-marin qui nous plonge dans des « abîmes » de perplexité.

Difficile de croire, comme l’affirme l’Internet Movie Database, que le film de Tony Scott a été tourné sur la très confidentielle Île-Longue (Finistère), qui abrite les sous-marins nucléaires français… Qu’en pensent nos lecteurs cinéphiles et sous-mariniers ? Réagissez dans les commentaires !

Ce qui est sûr, c’est que la marine nationale française a effectivement prêté le porte-avion Foch pour certaines scènes censées se dérouler en Méditerranée (mais qui pourraient tout aussi bien prendre place au large de Brest).

En effet, l’armée américain n’aurait pas souhaité apporter son soutien à un film traitant d’une mutinerie. On se demande bien pourquoi.

 

Rien à déclarer (2010)

 

En mai 2010, Dany Boon débarquait à la pointe Saint-Mathieu (Finistère) pour y tourner l’épilogue de « Rien à déclarer ». Branle-bas de combat dans la presse régionale.

Las ! Les scènes seront coupées au montage, empêchant le film de devenir une comédie franco-belgo-bretonne.

Dany Boon a depuis déclaré au site Allociné :

(…) « [J'avais] inventé des origines bretonnes au père de Ruben qui, après avoir souffert du racisme plus jeune, était devenu plus belge que belge. Ça fonctionnait à la lecture mais pas du tout à l’image pour la bonne et simple raison que ça abîmait le personnage de Benoît. »

Dans un prochain article, nous verrons un autre type de singularité cinématographique : les films censés se dérouler en Bretagne… mais filmés en région parisienne. En attendant, si vous connaissez des oeuvres susceptibles d’enrichir cette liste, laissez-nous un mot dans les commentaires…

 Texte : Julien Joly | Illustrations : DR

Lire aussi

Jésus, le Minitel et le Robot géant : best-of des vidéos insolites de Rennes

Dans le cinéma français, le sexisme rapporte