BD | VIDEO. Zebda était en concert mercredi au parc des Gayeulles, dans le cadre du festival Quartiers d’été.

Zebda en concert à Rennes pour les Quartiers d’été 2012. Vidéo : MrMoRa001

Zebda, c’est quoi ? Trois Toulousains qui nous ont fait danser et chanter des les années 90 sur une musique mélangeant ska, rap et reggae.

Zebda, c’est aussi plein de souvenirs de gamines, c’est du soleil et des refrains qui s’ancrent bien profondément dans nos têtes !

Avant le spectacle, petit discours du directeur du festival : celui-ci remercie toute l’équipe qui s’est battue pour conserver la gratuité des Quartiers d’été. Avec une spéciale dédicace aux ouvriers de PSA actuellement en difficulté.

La foule applaudit, et on constate sur les écrans géants qu’il y a un sacré monde ! Puis les chanteurs prennent place sur la scène, entourés de leurs musiciens.

C’est une de ces rares soirées d’été ou les parapluies ne sont pas de sortie cette année, et l’accent du sud des trois gaillards ajoute à ce climat estival.

La légende de Zebda a pris un coup de vieux

Gros plan sur l’un des chanteurs et c’est le choc : mince, il a pris un coup de vieux !

Le groupe tente de faire participer le public avec divers « chorégraphies de bras », et ce à chaque chanson ou presque : le devant de la fosse a l’air bien enjoué, le reste un peu moins.

Les vieux fans sont ravis d’entendre à nouveau « Y’a pas d’arrangement », « Oualalaradim », ou encore « Tomber la chemise ».

Cependant, pour moi, à écouter chez soi c’est aussi bien : le groupe plus ou moins reformé en 2008 semble un peu ressasser sans vraiment se renouveler, et les trois chanteurs qui sautent et dansent sur la scène ressemblent à des vieux potes ravis de se retrouver.

Zebda Rennes quartiers d'été 2012

Dans mon souvenir, les paroles de ces chansons étaient vraiment chouettes ! Mais mercredi, je n’ai pas pu comprendre ou entendre ce qu’ils disaient.

Les fans des premiers rangs avaient l’air ravi et les familles semblaient contentes de leur sortie du soir.

Nous, on est rentrées comme on a pu, sans jamais rien comprendre au système de bus et de navettes qui semblait être un jeu de piste : apparemment, on a perdu, et nos pieds ne pardonneront jamais à Zebda ces 45 minutes de marche.

Au loin, un feu d’artifice conclut le festival. Allez, finalement c’est pas grave, c’était gratuit !
Zebda Rennes quartiers d'été 2012