Plus de Taverne Münchausen à Mythos.  Après 4 ans de service, la Compagnie des Femmes à Barbes a donné sa dernière représentation du célèbre spectacle d’impro hier, troquant ses habituels costumes XVIIIe siècle pour des collants de super-héros. Le spectacle continuera à tourner dans d’autres villes.

MYTHOS

Ça me rappelle une blague : « C’est Superman et Batman qui sont dans un bar… » Sauf qu’en fait, ce serait sous le chapiteau du Cabaret botanique de Mythos, et que les super-héros s’appelleraient Professeur Ubiquitor ou encore Sponge Woman. Et ils feraient du théâtre d’impro.

Vous ne la connaissez pas ? Normal, il s’agit de la dernière déclinaison de la Taverne Münchausen. Le concept, né à Mythos à partir d’un jeu de société, est simple : des personnages hauts en couleurs s’installent autour d’une table et se racontent leurs aventures. Les sujets, tirés au hasard, sont pour partie rédigés par le public.

Il y a d’autres subtilités, mais l’essentiel est là. Et Gwen Aduh, maître de cérémonie aux airs de Nick Furry et leader de la compagnie des Femmes à Barbes, aime laisser la surprise intacte à ses spectateurs.

Disons juste que les histoires incroyables (et souvent tirées par les cheveux) que s’échangent les comédiens ressemblent moins aux films de super-héros du XXIe siècle qu’aux comics pour ados des années 60. Ce que regrettent certains spectateurs : « Ca ne faisait pas très super-héros… on aurait plutôt dit du film d’espionnage. »

« Mythos, c’est fini »

Depuis 5 ans, la compagnie des Femmes à Barbes faisait tourner sa Taverne à Mythos. Pourquoi arrêter maintenant ? « Après 5 ans de suite à Mythos, il n’y a plus de surprise. Mais on continuera à jouer la Taverne dans d’autres villes. A Rennes, d’autres festivals pourront la programmer, mais à Mythos, c’est fini. »

« C’est dommage qu’ils arrêtent Mythos, commente un fan venu lui-même déguisé. Mais ça ne me pose aucun problème d’aller les voir dans d’autres villes. »

Enfin, Gwen Aduh n’exclut pas de produire d’autres types de spectacles dans le cadre du festival des arts de la parole :  « On faisait Mythos avant la taverne, on le fera peut-être après. »

Texte et photos : Julien Joly

Voir aussi

Tous nos articles sur le festival

Site officiel de Mythos